Espace client
frenes

Le Château des Eyssards opte pour la BORDELAISE ECOVA DOMAINE BVS

Publiée le 17/05/2013

En famille, Pascal Cuisset élabore des vins de Bergerac secs. Ses vignes s’étendent sur un domaine de 48 ha, situé sur les coteaux de Saussignac, à Monestier et sa production est, actuellement, exportée à 80%. Retour sur un parti-pris qui ne fait pas encore l’unanimité.

Pascal Cuisset

Pourquoi avoir choisi le bouchage à vis pour plus de la moitié de votre production ?

C’est une question de pragmatisme. Nous avons pris le temps de faire un test à grande échelle avec l’objectif de caractériser les performances des principaux obturateurs (bouchons naturels, techniques, synthétiques, capsules à vis…).

Six mois plus tard, nous avons pu comparer les arômes et saveurs des vins issus de cette même cuvée à l’occasion d’une dégustation spéciale.

Et bien croyez-le ou non, pour des vins à rotation rapide (18 mois d’élevage en cuves), le bouchage à vis est un véritable atout ! Bien sûr, il en va autrement pour les vins de longues ou de très longues gardes.

Pour vous, quelles sont les qualités de ce bouchage ?

Les avantages sont nombreux : une évidence d’abord, pas de goût de bouchon ou de déviances organoleptiques ! On observe également une qualité constante d’une bouteille à une autre. En effet, le bouchage à vis est plus hermétique, il protège les arômes par une diminution des échanges gazeux.

D’un point de vue pratique, il facilite également le stockage (pour nous, couché) ainsi que le dévissage et re-bouchage pour le consommateur.

Pourquoi est-il si peu usité ?

Cette fois, c’est une question de culture. Le marché français est encore très attaché au bouchage traditionnel. Signalons que les marchés plus «sophistiqués» (anglo-saxons ou nord de l’Europe) s’en accommodent ou l’utilisent déjà depuis plusieurs années.

Pour nous qui travaillons avec la Belgique, la Hollande, l’Angleterre et l’Irlande, cette méthode de bouchage n’est pas un problème. Par ailleurs, sur de faibles quantités de vins bouchés à l’aide de capsules à vis, il existe un léger surcoût par rapport au bouchage traditionnel et c’est un argument dissuasif pour les viticulteurs confrontés à cette réalité.